ALBAOLA

Pasaia (Pays basque)

La quille

La construction du San Juan a débuté à Albaola Faktoria Maritime Basque : la quille du navire est installée dans l’espace de construction. La quille est l’une des pièces les plus longues d’un navire, elle en est la colonne vertébrale, et toute l’ossature se pose sur la quille. Celle du San Juan mesure 14.20m, et le tronc d’origine pesait 8 tonnes avant d’être travaillé.

quilla nao san juan museum

Pour tous les navires, la quille est le jalon de la construction, et le San Juan n’échappe pas à la règle. Il est vrai que quelques pas ont déjà été faits dans la construction du San Juan, mais ce n’est que maintenant que le navire commence à se matérialiser sous nos yeux. Le processus de construction sera dorénavant plus facile à imaginer.

quilla nao san juan museum

La forme étrange de la quille.

De toutes les caractéristiques du San Juan, c’est surtout la quille qui provoque le plus d’étonnements parmi les connaisseurs. Généralement, la quille d’un navire est une poutre à sections rectangulaires. Celle du San Juan en revanche ressemble plus à un canoë obtenu grâce à un tronc qui aurait été vidé : il y a une section en forme de T en son milieu et ses extrémités adoptent la forme d’un Y. Cette forme étrange s’unit à l’angle des varangues qui viendront se fixer sur elle. Les constructeurs de navires qui avaient travaillé sur le San Juan il y a cinq cents ans l’avaient fabriquée consciencieusement, et ils savaient parfaitement quelle forme devait avoir la partie immergée du navire.

quilla nao san juan museum

Selon les connaisseurs, cette manière particulière de travailler la quille est la trace d’une technique traditionnelle originaire du Moyen-Age, qui déjà à l’époque se faisait rare à cause de techniques plus simples.

En bois de hêtre

Une autre particularité est que la quille est en bois de hêtre dans un navire fait en bois de chêne. En effet, le hêtre est très peu utilisé dans la charpenterie navale car, contrairement au chêne, il est de courte résistance face à l’alternance mouillé/sec. Mais la quille est toujours immergée, à l’extérieur comme à l’intérieur du navire, étant donné qu’elle est toujours recouverte d’un peu d’eau que les pompes n’arrivent pas à retirer. Le bois de hêtre qui est constamment immergée ne pourri pas, et la preuve la plus parfaite en est la quille du San Juan découverte au Canada.

Dans les épaves de baleiniers plus anciens que le San Juan, ceux découverts à Urbieta à Gernika ou à Newport par exemple, la quille est également en bois de hêtre. Il semblerait que le hêtre soit donc une particularité de la charpenterie navale basque de l’époque.

quilla nao san juan museum

Photos du procesuss de construction îci