ALBAOLA

Pasaia (Pays basque)

L'Unesco soutient officiellement le projet du balenier San Juan

13/4/2016

La nouvelle du parrainage de l'UNESCO au projet de construction de la réplique du baleinier San Juan de 1563 mené à la Faktoria maritime basque Albaola de Pasaia a été officiellement rendue public.  

Xabier Agote, président d'Albaola, Izaskun Gómez, maire de Pasaia, Imanol Agote, directeur du patrimoine culturel du Gouvernement Basque et Denis Itxaso, premier adjoint au député général et député à la culture de la Diputación Foral de Gipuzkoa ont présenté ce soutien au caractère international dans la salle d'honneur du Koldo Mitxelena de Saint-Sébastien.

Chacun d'entre eux a voulu souligné un aspect différent quant à cette reconnaissance officielle de l'UNESCO.  

Xabier Agote, président d'Albaola, a commencé par contextualiser le parrainage qui permettra d'utiliser le logo de l'UNESCO pour toutes les actions dérivées du projet, témoignant d´un soutien officiel en harmonie avec les objectifs de l´institution, notamment en contribuant aux buts revendiqués par la Convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique de 2001. Le logo de la convention en est d´ailleurs la silhouette de l´épave du San Juan. Agote a de plus indiqué que des pourparlers sont en cours pour organiser une visite officielle des représentants de l'UNESCO au printemps prochain, afin de voir sur place la construction du baleinier et d´évoquer d´autres possibilités de collaboration.

Le président d'Albaola a continué en affirmant que ce soutien constitue "un formidable coup de pouce au projet de construction du baleinier San Juan développé à Pasaia". Il a rajouté qu'il s´agissait d´une grande récompense au travail fourni depuis de nombreuses années pour la sensibilisation autour de l'histoire maritime basque, et en particulier celle de l'histoire des baleiniers basques du XVIe siècle au Canada. Le reflet d´un long travail où rigueur scientifique et qualité d'exécution permitent à Albaola de donner au projet du San Juan une assise solide.

Izaskun Gómez, maire de Pasaia, a affirmé que "à mesure que le San Juan prend forme à la Faktoria Albaola de Pasaia, nous plongeons dans l'histoire et nous nous immergeons dans nos traditions de construction navale et de chasse à la baleine qui nous furent reconnues au-delà des frontières, en même temps qu´elles nous réconcilient avec notre culture maritime et navale; un pari culturel que nous voulons mettre en valeur car nous sommes pleinement convaincus qu'il s´agit d´un élément pouvant faire éclore un futur prospère à notre municipalité".

Imanol Agote, directeur du patrimoine culturel du Gouvernement Basque a fait remarquer que la reconnaissance de la part de l'UNESCO met en évidence le travail effectué par Albaola pour la récupération et la diffusion du patrimoine maritime construit au Pays basque.  “Un patrimoine historiquement important, comme le prouve l´existence au Gipuzkoa de plus de 30 chantiers navals fonctionnant entre le XVIème et le XVIIIème siècle" a-t-il rappelé. "Les bateaux construits dans ces chantiers ont atteint une dimension et une projection internationale, comme c´est le cas pour le baleinier San Juan, la nef Victoria ou le galion San José, ayant récemment été localisé en Colombie”.

Aux dires du directeur du patrimoine culturel du Gouvernement Basque, la reconnaissance par l'UNESCO tient en deux raisons. D´un côté, de par l'importance de la réplique en tant qu'élément de diffusion du baleinier San Juan qui a été proclamé patrimoine mondial. D'un autre côté, du fait de l'authenticité de la réplique : "Le critère d´authenticité correspond à l´un des principes de base concernant les politiques de patrimoine culturel. Il ne s'agit pas de recréer à partir d'hypothèses exemptes de base historique. Il s'agit ici d'une réplique reconstruit à l'identique, à la même échelle que l'originale. Une construction menée à partir de plans obtenus de l'étude archéologique réalisée par Parks Canada. Les méthodes de construction sont celles qui avaient été employées à l'époque sur le San Juan », fit remarquer Imanol Agote.

Denis Itxaso, en tant que député à la culture à la Diputación Foral de Gipuzkoa soulignait que cette reconnaissance internationale était la preuve définitive qui justifiait l´importance stratégique de la Faktoria maritime, rappelant qu'il s'agissait de l'un des centres touristiques ayant le mieux fonctionné l'été dernier.

Itxaso insista sur la valeur patrimoniale et culturelle de la Faktoria autant que sur l'aspect touristique, se montrant confiant pour que la Faktoria puisse trouver une certaine stabilité et garantir son apport culturel et touristique. 

Vidéo nef San Juan présenté à l'UNESCO:

Texte de la lettre officielle de l'UNESCO:

7 sept. 2015

“I am pleased to note that this project to reconstruct an accurate rendition of a 16th Century whaling ship is consistent with the priorities of the Organization aimed at protecting cultural heritage and, more particularly, underwater cultural heritage. I also am pleased to note that the San Juan shipwreck was selected for the logo of the Convention on the Protection of the Underwater Cultural Heritage. Moreover, we hope that the opening to outside visitors of this historic and highly symbolic shipyard will contribute to generating a wider public awareness on the importance of protecting and safeguarding the underwater cultural heritage. Finally, I am confident that the international cooperation of scientific experts and volunteers will help enhance the visibility of the 2001 Convention.

For these reasons, it is with pleasure that I grant UNESCO’s patronage to this activity, and that I authorize the use of the Organization’s logo, together with the emblem of the 2001 Convention on the Protection of the Underwater Cultural Heritage. Please find enclosed the General Conditions for the Use of the Name and Logo of UNESCO in connection with Patronage.

Irina Bokova"

foto rueda de prensa